Comme hier,
  Comme demain,
  Le soleil se couche.
  Ses derniers rayons rougeoyants
  Traversent les rideaux blancs de ma chambre.
 
  Je suis seule,
  Comme les autres soirs,
  Depuis qu'il m'a quitté,
  Sans un mot.
 
  Il m'a abandonnée,
  Me laissant sans défense,
  A la merci de ce monde cruel et injuste.
 
  Ton absence me pèse.
  Peu à peu, la pièce s'assombrit,
  Et je me retrouve,
  Seule, assise sur le lit,
  Dans le noir froid et effrayant de la nuit.
 
  Je n'ai pas le courage de me lever,
  Pour allumer la lumière.
 
Sarah Darb - 18/02/1992